fbpx

Archives novembre 2019

VERS COMPOSTELLE (7)

VERS COMPOSTELLE – LA TRAVERSÉE DES PYRÉNÉES

 

DE ST-JEAN-PIED-DE-PORT (France) À RONCEVALLES (Espagne)

 

C’est une étape exigeante de 26 km à ne pas prendre à la légère : de St-Jean-Pied-de-Port (200 m d’altitude), 19 km de montée jusqu’au col de Lepoeder (1430 m), puis 7 km de descente assez raide jusqu’àu village de Roncevalles (950 m).

Bien que de nombreux randonneurs la parcourent en une journée, nous avons choisi une autre formule permettant de répartir l’itinéraire sur deux jours.

 

 

 

PREMIER JOUR :

À pied et à son rythme, la très raide montée qui conduit, sur 8 km, au refuge d’Orisson : un effort récompensé par un panorama grandiose.

 

 

Puis revenir à St-Jean, en utilisant une navette ou taxi pour y séjourner une deuxième nuit.

 

 

 

DEUXIÈME JOUR :

Utiliser de nouveau navette ou taxi pour retourner au refuge, puis continuer le parcours à pied sur 18 km jusqu’à Roncevalles.

Si montées et descentes caractérisent de nouveau cette portion d’itinéraire, les paysages époustouflants des Basses-Pyrénées y sont aussi au rendez-vous.

Choisir cette formule permet à la fois de profiter largement des panoramas et de disposer de suffisamment de temps pour visiter St-Jean et vivre son ambiance bien particulière. C’est en effet le haut-lieu de rassemblement de milliers de randonneurs en route vers Santiago de Compostelle qui doivent donc maintenant franchir les Pyrénées pour rejoindre le chemin espagnol.

La vieille ville médiévale et l’imposante forteresse méritent aussi qu’on s’y attarde.

 

COMPOSTELLE AVEC EURO-RANDO : POURQUOI PAS VOUS ?

VERS COMPOSTELLE (6)

VERS COMPOSTELLE : DERNIÈRE ÉTAPE DU GR 65 EN FRANCE …

D’AIRE SUR L’ADOUR À ST-JEAN-PIED-DE-PORT

 

À partir de Cahors, le GR 65 (ou Chemin du Puy en France) continue jusqu’à Aire sur l’Adour sur environ 250 km.

Nous avons délibérément laissé de coté cette partie pour partir plutôt d’Aire en direction de St-Jean-Pied-de-Port, au pied des Pyrénées, 160 km plus au sud, attirés par la traversée du Pays Basque.. Cette distance semble impressionnante : c’est oublier que ce parcours est quasiment plat avec très peu de dénivelés. Nous l’avons parcouru en huit jours, sans difficultés particulières.

Le parcours traverse d’abord le Béarn avec ses paisibles coteaux mais aussi ses interminables champs de maïs et ses élevages de canards. On y goûte bien sûr la spécialité locale  : “le confit”. Toutefois, les attraits touristiques ne manquent pas : la Bastide de Pimbo, l’abbatiale de Larreule, l’Abbaye de Sauvelade et surtout la forteresse et les puissants remparts de Navarrenx.

Puis c’est l’entrée au Pays Basque avec les Pyrénées qui se rapprochent.

On découvre alors une belle région vallonnée aux belles forêts de châtaigniers et la douceur du pays et de ses paysages.

C’est aussi ici que se rejoignent à l’emblématique  hameau d’Ostabat trois des grands chemins principaux de Compostelle en France : ceux du Puy, de Tours et du Vézelay.

L’arrivée à St-Jean-Pied-de-Port est un moment fort : c’est la fin du Chemin du Puy et de ce sentier mythique de près de 750 km.

 

Grand lieu de rassemblement des pèlerins et randonneurs avant la traversée des Pyrénées, “porte” vers le chemin espagnol du Camino Francès, St-Jean mérite qu’on s’y attarde, particulièrement pour sa vieille ville et sa forteresse.

 

COMPOSTELLE AVEC EURO-RANDO : POURQUOI PAS VOUS ?

VERS COMPOSTELLE (5)

VERS COMPOSTELLE – TROISIÈME ÉTAPE

DE FIGEAC À CAHORS

Partir vers Compostelle, c’est parfois aménager son itinéraire. Sur le sentier de Grande Randonnée GR 65 – le Chemin du Puy – la troisième étape pèlerine commence traditionnellement  à Conques, passe par Figeac et se termine à Cahors sur une distance d’environ 140 km.

 

Adeptes du rando-tourisme, aimant la randonnée mais aussi visiter en cours de route des lieux chargés de patrimoine particulièrement “médiéval”, nous avons donc choisi de partir  plutôt de Figeac.

C’est ainsi que notre itinéraire s’est transformé en deux parcours distincts : en randonnée sur le GR 65 jusqu’à Limogne-en-Quercy, puis après un court transfert en taxi jusqu’à Cabrerets, une continuation vers Cahors par les sentiers-variantes GR 651 et GR 36-46, autres chemins de Compostelle. Nous avons ainsi gagné du temps au profit des haltes-visites et parallèlement limité notre parcours à 120 km, parcourus sans difficultés particulières en six jours.
En passant trois jours sur les plateaux calcaires du Quercy, puis trois autres dans les vallées du Célé et du Lot, cet itinéraire nous a permis de découvrir des lieux magiques, en particulier sur les sentiers-variantes : la grotte préhistorique de Pech Merle, le splendide village perché de Saint-Cirq-Lapopie et l’étonnant chemin de halage de Bouziès.

 

Nous recommandons donc ce choix d’itinéraire pour profiter du maximum d’attraits de cette étape.

Autre suggestion : en début et fin de circuit, consacrez une journée supplémentaire à Figeac et Cahors, ces deux cités médiévales méritant largement une visite. Et si par chance encore un peu de temps est disponible à Cahors, pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour une courte balade en bateau sur la rivière Lot et approcher par l’eau le magnifique Pont Valentré, symbole de la ville !

COMPOSTELLE AVEC EURO-RANDO : POURQUOI PAS VOUS ?

 

 

VERS COMPOSTELLE (4)

SUR LE CHEMIN DU PUY (France), DEUXIÈME ÉTAPE

D’AUMONT-AUBRAC À CONQUES

Cette étape d’environ 120 km est sans équivoque une des plus belles sur le Chemin du Puy. Si elle présente quelques montées assez raides, elles ne sont jamais bien longues et nous l’avons parcourue en sept jours, sans difficultés particulières.

 

Ce parcours vallonné et rural, qui rejoint la vallée du Lot, offre bien des attraits, en particulier les vastes solitudes du plateau de l’Aubrac.

 

C’est aussi une succession de villages classés “Plus Beaux Villages de France” où vestiges du Moyen-Âge, tant religieux que profanes, sont au rendez-vous pour le plus grand plaisir de la découverte à Nasbinals, St-Chély d’Aubrac, St-Côme d’Olt et Estaing.

 

L’arrivée à Conques est magique. Miraculeusement préservé, son patrimoine architectural datant de plus de mille ans n’en finit pas d’étonner.

Avec sa majestueuse basilique romane Ste-Foy du XIème siècle et son trésor d’orfèvrerie et de reliquaires de la chrétienté médiévale, ses murailles, remparts et son réseau de ruelles où il fait bon flâner, Conques est un incontournable.

 

“Perle” de ce chemin qui mène aux Pyrénées, Conques mérite absolument une bonne journée de visite.

Ne manquez pas aussi de profiter du concert d’orgue et de l’illumination du tympan de la basilique, deux moments forts du village, quotidiens et gratuits.

COMPOSTELLE AVEC EURO-RANDO : POURQUOI PAS VOUS !