fbpx

CAMINO FRANCES

COMPOSTELLE (8)

COMPOSTELLE – LA TRAVERSÉE DES PYRÉNÉES (SUITE)

EN ESPAGNE : DE RONCEVALLES  À ZUBIRI

 

Première halte espagnole, Roncevalles (ou Ronceveaux), sanctuaire et hôpital à partir du XIIème Siècle, a toujours été une étape majeure des pèlerins vers Compostelle.

C’est aussi un lieu chargé d’histoire, associé depuis des siècles à Roland, chevalier de France et neveu de Charlemagne, vaincu avec son armée en 778 par les Basques et les Sarrasins dans la vallée des Ronces.

La Colegiata de Santa Maria, la Capilla de Santiago, le Silo de Carlomagno et sa crypte font partie des incontournables à visiter dans cet endroit emblématique  et haut-lieu du CAMINO FRANCÈS.

Nous sommes ici, coté espagnol, à environ 800 km de la cathédrale de Santiago sur ce CAMINO FRANCÈS, appelé aussi « Chemin des Français » parce qu’emprunté au Moyen Âge par tous les pèlerins d’Europe qui traversaient d’abord la France pour rejoindre l’Espagne.

 

Une longue mais belle étape – 27 km – attend les randonneurs jusqu’au petit bourg de Zubiri, presque toujours en descente. Des forêts denses, des pâturages et de nombreux petits villages typiques bordent cet itinéraire dans les contreforts pyrénéens.

 

On entre à Zubiri en franchissant le Puente de la Rabia – ou Pont de la Rage -, un vieux pont médiéval sur le Rio Arga : en effet, on croyait autrefois que les animaux atteints de cette maladie étaient guéris après avoir traversé trois fois ce pont …

 

 

COMPOSTELLE AVEC EURO-RANDO ? POURQUOI PAS VOUS ?

 

 

Compostelle, Espagne, Voyage accompagné camino del Francès

VERS COMPOSTELLE (2)

COMPOSTELLE : LES DEUX CHEMINS MYTHIQUES …

Conséquence d’une longue tradition de pèlerinage, on recense des chemins de Compostelle dans tous les pays d’Europe. Toutefois, les plus connus et fréquentés se situent en France et en Espagne.

 

En France d’abord : avec sa frontière commune avec l’Espagne et sa situation géographique centrale, la France a toujours été un carrefour en direction de Compostelle où se rejoignaient tous les chemins en provenance des pays voisins.

En Espagne ensuite, où se trouve la cathédrale de Santiago, destination finale de tous les pèlerins d’Europe au Moyen Âge qui traversaient obligatoirement la France pour s’y rendre.

 

 

Ainsi sont nés dans ces deux pays de grands chemins principaux où marchent encore des pèlerins mais aussi et surtout une majorité de randonneurs venus du monde entier et adeptes du RANDO-TOURISME.

 

Parmi les nombreux chemins existants, deux d’entre-eux retiennent surtout l’attention : le CHEMIN DU PUY (France) et le CAMINO FRANCÈS (Espagne). D’une longueur de près de 750 km chacun, se rejoignant à la frontière au pied des Pyrénées,  ce sont les deux itinéraires « mythiques » à travers la France et l’Espagne, vers Santiago de Compostelle. Ces deux chemins sont aussi aujourd’hui le choix favori des « jacquets », celles et ceux qui marchent vers Compostelle, pèlerins ou randonneurs, sur ces chemins de St-Jacques.

 

 

L’expérience « Compostelle » vous attire ? 
Au départ du Québec, laissez-vous guider par EURO-RANDO en choisissant une ou plusieurs étapes de notre programme.
BOUCLEZ SIMPLEMENT VOTRE SAC ! NOUS NOUS OCCUPONS DU RESTE !

LES CHEMINS PRINCIPAUX

LES CHEMINS PRINCIPAUX D’EUROPE (Espagne-France et ailleurs …)

C’est tout d’abord vers l’Espagne que les visiteurs se rendant en Europe et attirés par « l’expérience Compostelle » tournent généralement leurs regards et ce à juste titre car Cathédrale de Santiago, but ultime du voyage sur tous les chemins de St-Jacques, est située au nord-ouest de ce pays. À travers la péninsule espagnole, trois chemins principaux y conduisent : au nord le CAMINO FRANCES (à l’intérieur des terres) ou le CAMINO DEL NORTE (le long de l’Atlantique), tous deux commençant au pied des Pyrénées, frontière naturelle avec la France et la VIA DE LA PLATA au centre du pays et au départ de Séville au sud. Trois chemins différents, trois belles expériences ….

Généralement moins connus hors Europe, les chemins principaux français n’ont cependant rien à envier à leurs homologues espagnols. En raison de sa position centrale en Europe et de sa frontière commune avec l’Espagne, la France a toujours été un carrefour majeur des chemins de St-Jacques depuis leur origine : en effet, pour se rendre à pied à Santiago, les pèlerins du Moyen-Âge, en provenance de tous les autres pays européens -sauf le Portugal – n’avaient d’autre choix que de la traverser.

Cette situation géographique particulière a de ce fait donné naissance aux grands chemins français : parmi eux, la VOIE DU PUY (750 km), la VOIE D’ARLES (950 km), le CHEMIN DE CLUNY (315 km), la VOIE ARVERNE (500 km) et la VOIE DE GENÈVE (340 km) en sont quelques bons exemples. Tous ces chemins, remis au goût du jour, sont bien balisés et la plupart disposent d’une large variété de services au grand plaisir des randonneurs : nombreux hébergements, grand choix de restauration, navettes et transport de bagages en sont quelques-uns. Rejoints par tous les grands itinéraires empruntés par les pèlerins de l’époque en provenance du nord et de l’est de l’Europe, ces grands chemins forment aujourd’hui un excellent réseau de randonnées traversant la plupart des grandes régions françaises.

D’autres grands chemins méritent aussi l’attention : citons le Chemin portugais vers Compostelle (CAMINO PORTUGUÊS) au départ de Porto et le long de l’Atlantique … Dans le même esprit, autre ancien chemin de pèlerinage également, la VIA FRANCIGENA en Italie est un chemin qui mène à Rome à partir de la Suisse, prolongement d’un ancien chemin en provenance de Canterbury en Angleterre.

Sans exception, chacun de ces chemins et ses particularités propres sont une invitation au voyage. C’est aussi une opportunité, peu importe la destination, de voyager « autrement », un pas après l’autre, à son rythme et pour une durée de son choix.

 

REVENIR AU SOMMAIRE ET CHOISIR UN NOUVEAU THÈME!