fbpx

circuit montagneux

VERS COMPOSTELLE (7)

VERS COMPOSTELLE – LA TRAVERSÉE DES PYRÉNÉES

 

DE ST-JEAN-PIED-DE-PORT (France) À RONCEVALLES (Espagne)

 

C’est une étape exigeante de 26 km à ne pas prendre à la légère : de St-Jean-Pied-de-Port (200 m d’altitude), 19 km de montée jusqu’au col de Lepoeder (1430 m), puis 7 km de descente assez raide jusqu’àu village de Roncevalles (950 m).

Bien que de nombreux randonneurs la parcourent en une journée, nous avons choisi une autre formule permettant de répartir l’itinéraire sur deux jours.

 

 

 

PREMIER JOUR :

À pied et à son rythme, la très raide montée qui conduit, sur 8 km, au refuge d’Orisson : un effort récompensé par un panorama grandiose.

 

 

Puis revenir à St-Jean, en utilisant une navette ou taxi pour y séjourner une deuxième nuit.

 

 

 

DEUXIÈME JOUR :

Utiliser de nouveau navette ou taxi pour retourner au refuge, puis continuer le parcours à pied sur 18 km jusqu’à Roncevalles.

Si montées et descentes caractérisent de nouveau cette portion d’itinéraire, les paysages époustouflants des Basses-Pyrénées y sont aussi au rendez-vous.

Choisir cette formule permet à la fois de profiter largement des panoramas et de disposer de suffisamment de temps pour visiter St-Jean et vivre son ambiance bien particulière. C’est en effet le haut-lieu de rassemblement de milliers de randonneurs en route vers Santiago de Compostelle qui doivent donc maintenant franchir les Pyrénées pour rejoindre le chemin espagnol.

La vieille ville médiévale et l’imposante forteresse méritent aussi qu’on s’y attarde.

 

COMPOSTELLE AVEC EURO-RANDO : POURQUOI PAS VOUS ?

SUR QUEL TERRAIN?

SUR QUEL TERRAIN?

Plaine ou montagne? La modération a bien meilleur goût.

Entre un circuit en terrain plat et un circuit escarpé, le choix est vaste, les variantes infinies et pour le randonneur débutant ou occasionnel, l’attrait d’une marche en terrain généralement plat est évident.

Si un circuit montagneux n’est pas à juste titre le premier choix d’un randonneur occasionnel, il est fort à parier qu’un circuit en plaine, le plus souvent en terre agricole sans grand intérêt touristique, ne comblera probablement pas ses attentes non plus.

La vraie question se trouve ailleurs : le choix du terrain devrait – en fonction des goûts de chacun – se porter essentiellement sur l’environnement que le circuit propose : activité de loisir avant tout, la randonnée devrait présenter suffisamment de diversité pour rendre la marche captivante en allant de découverte en découverte.

En région ou en bord de mer, des circuits en terrain vallonné, présentant des dénivelés tout à fait acceptables, sur des sentiers ou chemins balisés n’exigeant aucune formation ni technique particulière de marche, avec des paysages variés, des panoramas, des villages pittoresques et un patrimoine spécifique, sont certainement une excellente option, surtout si vous y ajoutez un thème touristique, historique et/ou culturel.

 

REVENIR AU SOMMAIRE ET CHOISIR UN NOUVEAU THÈME!